Apprenons-en plus sur le   mini...

LA SANTÉ DU MINI

L'entretien Général

On n'achète pas un chiot issus de parents lambda chez un éléveur qui ne sera pas capable de vous fournir la preuve de la réalisation des tests de santé de ses reproducteurs. 

C'est la première chose à demander ! 

La priorité de l'élevage est de pouvoir proposer à la vente des chiots en bonne santé. C'est pourquoi tout les reproducteurs sont testés avant d'être mis à la reproduction :


- La Dysplasie des hanches
- La Dysplasie des coudes
- HSF4
- AOC/CEA
- APR/PRCD
- MDR1
- DM
- HUU
- CMR1
- MOHC

Les Tests de dépistage

Le mini a un poil mi-long plus ou moins épais, qui ne demande pas un gros entretien. Un bon brossage régulier afin d'éliminer les poils morts.  

Il est également important de surveiller les oreilles afin que celles-ci demeurent toujours propres. 

Les bains ne sont à donner qu'en cas de besoin.

Les sujets d'expositions nécessitent un peu plus d'attention avec notamment le toilettage des oreilles, des pattes et de la queue.

Les minis sont des petits chiens robustes qui nécessitent tout de même une bonne alimentation, une vermifugation régulière, un rappel de vaccin annuel, et des sorties quotidiennes pour leur bien-être. 

La Dysplasie  de la Hanche

La dysplasie de la hanche se présente comme une malformation de l’articulation coxofémorale : la tête du fémur ne s’emboîte pas parfaitement dans sa cavité. Il en résulte un mouvement erroné du postérieur, qui s’observera de manière plus ou moins frappante. Dans les cas les plus légers, la dysplasie peut être quasiment asymptomatique mais dans les cas les plus avancés, le chien ne peut même plus marcher.

Cette maladie ayant une composante héréditaire, il est indispensable d’empêcher les sujets porteurs de se reproduire, qu’ils soient mâles ou femelles. L’information et la prévention dans cette affection canine ont grandement contribué à améliorer la situation : tous les éleveurs aujourd’hui sont sensibilisés à ce problème et ne se risqueront jamais à faire reproduire un chien dysplasique. Mais cela ne suffit pas : d’une part parce que le gène héréditaire est très complexe (il semblerait, de fait, que la dysplasie ne dépende pas d’un seul gène mais de l’influence combinée de plusieurs gènes) et d’autre part parce que le facteur héréditaire n’est pas seul en cause. On relève des facteurs liés à l’environnement, à l’alimentation et à des chocs traumatiques pouvant favoriser l’apparition de cette maladie chez le chien.

Lecture des radios de Dysplasie de la hanche :


A=Indemne de dysplasie
B=Stade intermédiaire

C=Stade 1 dysplasie légère
D=Stade 2 dysplasie moyenne
E=Stade 3 et 4 dysplasie sévère 

La   Dysplasie  du  coude

Le terme de dysplasie du coude est apparu en 1993. Il désignait alors une arthrose généralisée du coude, associée à une non-union du processus anconé. Au fil des années, d’autres affections se sont ajoutées, telle que la fragmentation du processus coronoïde médial, l'ostéochondrite disséquante de la lèvre médiale de la trochlée humérale et l'incongruence articulaire.

Les causes de ces pathologies sont assez mal connues, bien qu'une origine génétique, avec une participation très importante de l'environnement, ait été démontrée.

 

Les diagnostics sont établis en fonctions de plusieurs critères et classés en plusieurs stades :


- Stade 0 (normal) : aucun signe de dysplasie
- Stade SL (stade limite) : quelques imperfections
- Stade-1 (acceptable) : dysplasie légère
- Stade 2 : dysplasie moyenne

LES MALADIES DE LA VUE

APR-PRCD

L’atrophie progressive de la rétine (APR) est appelée APR-prcd pour progressive rod cone degeneration (dégénérescence progressive des bâtonnets et des cônes). Cette maladie conduit à une perte de vision progressive puis à une cécité totale entre 2 et 8 ans.

HSF4-A

La cataracte se caractérise par une opacité du cristallin pouvant affecter un seul oeil ou les deux yeux, et conduire à une cécité totale. Les cataractes héréditaires sont caractérisées par une atteinte des deux yeux, pas obligatoirement synchrone. Les premières lésions du cristallin peuvent apparaître très tôt et leur localisation détermine le type de cataracte. Chez le Mini Berger Américain, deux types majeurs de cataractes ont été observés. La première est juvénile et évolue rarement vers une détérioration de la vision (localisation sous-capsulaire postérieure). La seconde, plus sévère, peut affecter la vision (localisation proche du noyau).

MOHC =

Maladies Oculaires Héréditaires du Chien

Parmi les MOHC, on répertorie trois maladies (héréditaires) pour lesquelles il existe désormais un dépistage ADN permettant de classer le chien en "sain", "porteur sain" ou "atteint".

Les trois MOHC du Berger Américain sont les suivantes:

- AOC : anomalie de l'oeil du colley

- APR-prcd : Atrophie progressive de la rétine

- HSF4 : Cataracte juvénile

Ces tests sont réalisés chez un vétérinaire spécialiste ophtalmologue, mais ces maladies sont aussi testées génétiquement! 

AOC/CEA

L’anomalie de l’oeil du colley (AOC), connue également sous le nom d’hypoplasie choroïdienne, est une maladie héréditaire qui cause un développement anormal de la choroïde (tissu vascularisé présent sous la rétine).

Cette maladie présente une grande variabilité de signes cliniques entre les races touchées et entre les individus d’une même race.

 Les chiens avec une forme légère non évolutive présentent un amincissement de la choroïde sans perte de vision durant toute leur vie (grades 1 et 2). Les chiens avec une forme grave et évolutive développent un colobome qui peut conduire à un décollement partiel ou total de la rétine, à des hémorragies intra-oculaires et à une perte de vision (grades 3 et 4).

Les formes légères et graves étant dues à une mutation dans le même gène, des chiens atteints d’une forme légère peuvent engendrer une descendance présentant une forme grave.

Rétinopathie Multifocale (CMR1)

Décollement de la rétine en plusieurs endroits, responsable d'une dégénérescence de la rétine pouvant s'étendre par regroupement des lésions. Dans les formes les moins graves, le chien ne semble pas présenter de problèmes de vision malgré l'apparence anormale de la rétine. Dans les formes les plus graves, les lésions peuvent conduire à la cécité. (Test génétique)

Mais aussi ... 

LIRE LES TESTS 

TEST +/+ : chien sain qui ne développera pas la maladie et ne transmettra aucun gène muté à sa descendance.

TEST +/- : chien porteur sain qui ne développera pas la maladie mais qui pourra transmettre un gène muté à sa descendance (50 % de risques).

TEST -/- : chien atteint qui développera la maladie et qui transmettra un gène muté à sa descendance dans 100% des cas. Un examen annuel permettra d'indiquer qu'"à telle date, le chien n'a pas encore développé la maladie et est indemne".

MDR1 ?

Une mutation dans le gène MDR1 provoque une sensibilité à différents médicaments chez le chien.

 

Lorsque le chien est porteur de cette mutation, les molécules  actives contenues dans certains médicaments s’accumulent dans le cerveau et deviennent toxiques jusqu’à provoquer une forte intoxication et éventuellement la mort de l’animal

La myélopathie dégénérative, parfois appelé radiculopyélopathie dégénérative chronique, est une maladie auto-immune qui arrive en fin de vie et attaque la myéline, "l'isolation" des nerfs. Les chiens avec la MD peuvent présenter une faiblesse progressive et un manque de coordination dans les membres postérieurs menant ultimement à la paralysie. L'euthanasie est nécessaire une fois que la maladie commence à avoir un impact sur la respiration.

C'est un trouble du métabolisme entrainant un excès d'acide urique dans le sang et l'urine et qui prédispose à la formation de cristaux d'urate ou calculs urinaires. L'animal rencontre des difficultés à uriner, une présence de sang dans les urines, incontinence urinaire, douleurs abdominales. Certaines complications sont possibles : insuffisance rénale aigüe, infection du tractus urinaire, ou rupture de la vessie.

DM ?

HUU ?

Source Antagène, AFBAM

@2018 Élevage L'UNIVERS D'EVINE, propulsé par PROJETS PULSES.